L’effondrement, une série française.

Ambidextriennes, Ambidextriens,

Je vous livre ce premier article, en me dépêchant, avant de basculer dans les années 20, années folles s’il en est.

Canal+ propose cette semaine sa nouvelle série française de huit épisodes, nommée : « L’effondrement ».

Depuis quelques temps, en écoutant plusieurs radios fumeuses , les collapsologues présentent leur vision de la fin des temps.
Autant vous le dire tout de suite, je ne suis pas client.
Il n’empêche que certains arguments m’ont  mis la puce à l’oreille.

Loin, d’une idéologie verte, passionnée par le billet du même nom,  la série propose une réflexion sur cette hypothèse d’un effondrement de notre système d’approvisionnement matériel (nourriture, carburant, services publics).

 

Il n’y a pas forcément d’éléments déclencheurs forts comme un attentat, une guerre ou un catastrophe naturelle, c’est l’accumulation de petits dérèglements qui participe à l’effondrement généralisé du tout matériel.

La problématique est bien posée dès le  premier épisode, vous êtes dans votre supermarché, vous souhaitez payer vos achats et une panne d’électricité globale rend impossible le paiement par carte bancaire.
Perplexe, en attendant de constater que la plupart des rayons sont vides, et que déjà des personnes passent les caisses sans  payer, comment réagiriez-vous ?

C’est la première des transgressions, quand on a faim, on a faim.
 

Je ne vais pas vous dévoiler les sept autres épisodes, mais chaque épisode décrit un lieu de vie soumis à la pénurie, la désorganisation et à la violence.
L’exploration de la nature humaine est passionnante tout au long des problématiques que propose cette série.
Une mention particulière pour l’épisode de la maison de retraite où la conscience professionnelle pose la question de la fin de vie dans une telle situation.

Merci de vos commentaires.

Notre effondrement pourrait, s’il advient, être profondément matérialiste.
Une hypothèse parmi tant d’autres.

 

Bande-annonce de la série L'effondrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *