Hautes-Pyrénées : le patient rouvre les yeux après la reprise des soins ordonnée par la justice

L'hôpital de Bagnères-de-Bigorre avait décidé d'arrêter l'hydratation et l'alimentation d'un patient septuagénaire le 3 décembre 2019. Lors d'une audience, vendredi 10 janvier, le juge des référés du tribunal administratif de Pau a suspendu cette décision.

Le 10 janvier, le juge des référés du tribunal administratif de Pau a décidé de suspendre la décision de l'hôpital de Bagnères-de-Bigorre d'arrêter les traitements d'un de leur patient, après avoir été saisi par la femme et le fils de ce dernier.

 

"L'administration hospitalière leur avait signalé sa décision d'arrêter les soins à partir du 3 décembre", explique Me Roger-Vincent Calatayud, avocat au barreau de Tarbes. "Ils s'y sont opposés, ont envoyé des lettres à l'ARS et l'ordre des médecins, mais n'ont pas eu de réponse."

Me R.-V. Calatayud

La justice est saisie

Début janvier, la famille passe alors à une approche judiciaire et engage Me Calatayud. "Mardi 7 janvier, j'ai envoyé un huissier pour faire une sommation interpellative et demander de remettre les soins en place, mais le directeur de l'hôpital a refusé, en disant que les demandes de la famille étaient infondées", poursuit-il. 

L'affaire a donc été portée devant le juge des référés du tribunal administratif de Pau. "La présidente nous a donné raison, car la décision médicale doit être prise de façon collégiale et ce n'était pas le cas", affirme l'avocat. L'alimentation et l'hydratation du patient ont repris. Depuis, il a rouvert les yeux et a pu communiquer avec sa femme en battant des paupières, rapporte l'avocat. "Il n'avait pas pu le faire depuis un mois, cet homme a dû énormément souffrir", souligne-t-il.

Un patient hospitalisé depuis 2013

Le patient, un homme de 70 ans, est hospitalisé depuis 2013 à la suite d'un accident cardiaque. "Son état était stable depuis", témoigne Me Calatayud. "Avant le mois de décembre, il a fait une fausse route, qui selon la famille est due à une mauvaise manipulation de l'équipe médicale. Il a contracté une pneumopathie. C'est à la suite de cela que l'hôpital a pris la décision de cesser les soins."

La famille a porté plainte auprès de la gendarmerie de Bagnères-de-Bigorre, et une enquête a été ouverte pour "traitement inhumain et dégradant, et non assistance à personne en danger".

Contactée, la direction de l'hôpital de Bagnères-de-Bigorre n'a pas souhaité commenter cette décision de justice, invoquant le secret médical concernant le dossier du patient.

La Dépêche

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *