Un dessin de Bandinelli adjugé 680 000 €

Un dessin du sculpteur florentin Baccio Bandinelli (1493 – 1560) a été adjugé 680 000 euros, samedi 25 janvier 2020, à la salle des ventes de la Porte Océane, au Havre. L'œuvre du contemporain de Michel-Ange a, semble-il, été acquise au téléphone par un Américain.

Inconnu jusqu’alors, ce dessin de Bacio Bandinelli a refait surface il y a quelques mois au Havre. « Une famille normande m’a apporté pour expertise un album constitué principalement de gravures des XVIIIe et XIXe siècles, raconte François-Xavier Allix, commissaire-priseur au Havre. Nombre d’entre elles présentaient des lacunes et certaines avaient même été griffonnées par des enfants. Mais au milieu de cet ensemble sans grande valeur, un dessin, particulièrement abouti et ayant échappé sans dommage aux affres du temps, m’a tout de suite sauté aux yeux. Je me rendais justement à Paris trois jours plus tard. J’en ai donc profité pour le soumettre aux experts du cabinet de Bayser qui, en quelques secondes, ont reconnu son illustre auteur. » Contacté par les experts, le spécialiste Roger Ward confirme à son tour l’attribution. « Il nous a confié qu’il cherchait ce dessin depuis plus de quarante ans, poursuit Matthieu de Bayser. Il se doutait qu’il existait mais n’en avait aucune trace. C’est la magie des collections de province. Elles dévoilent des œuvres inédites disparues depuis des siècles. »  

Fils d’un maître orfèvre réputé à Florence, Baccio Bandinelli a marqué les esprits tant par sa carrière brillante que par sa personnalité sulfureuse. S’il fut le sculpteur attitré de la cour des Médicis et qu’il reçut de nombreuses commandes prestigieuses, il suscita les critiques les plus acerbes de ses contemporains, jugé arrogant et prétentieux. Il est connu pour la haine dont il poursuivit pendant toute sa vie le grand Michel-Ange.

Si Bandinelli fut « l’homme le plus exécré dans Florence et le plus exécrable par son arrogance, ses bassesses, ses violences et ses lâchetés », ses talents lui valurent aussi l’admiration des plus grands maîtres de son époque, à commencer par Léonard de Vinci, impressionné devant la qualité de son coup de crayon. « Notre dessin en est un témoignage probant, remarque Matthieu de Bayser. Il se rattache à l’une des commandes les plus ambitieuses que Bandinelli reçoit de la République de Gênes le 7 octobre 1528. A cette époque, sa carrière est déjà très installée et il est le principal rival de Michel-Ange. »

La commande consistait à ériger une sculpture colossale en l’honneur de l’amiral Andrea Doria qui, par ses succès militaires et son alliance avec Charles Quint, était parvenu à libérer la ville de Gênes après un siècle de domination étrangère. « Le monument imaginé par le sculpteur est abandonné en cours d’exécution, du fait, selon Vasari, de l’insatisfaction des commanditaires, mais plusieurs dessins témoignent de son envergure, tel que le projet pour le socle conservé au cabinet des arts graphiques du musée du Louvre qui dévoile des sculptures d’une grande richesse et qualité d’exécution. » Le British Museum de Londres conserve quant à lui un dessin montrant l’amiral nu en Neptune. « Notre dessin est d’une technique et d’un format similaires à celui du British Museum. On y retrouve l’amiral, non plus nu mais en général romain, sous les traits du dieu de la mer. Toutefois, il est beaucoup plus abouti. Il s’agit probablement d’un rare dessin de présentation dont l’artiste se servit pour présenter son projet final aux commanditaires. »

Estimé autour de 60 000 euros, le dessin s’est envolé à 680 000 euros, sous le marteau de François-Xavier Allix et Philippe Revol, dépassant le précédent record enregistré le 27 mars 2019 à Paris pour une étude de Nus masculins debout adjugée à 331 400 euros (frais compris).

Source : le magazine des enchères

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *