Thyroïdectomie : une avancée autour de la cicatrice trop visible

Adieu la cicatrice trop visible de la Thyroïdectomie grâce à une technique chirurgicale inédite. Baptisée TOETVA (Transoral Endoscopic Thyroïdectomy Vestibular Approach) ou TOT, cette technique mini-invasive sous cœlioscopie est pratiquée depuis le mois de mars à la Clinique Lambert (La Garenne-Colombes).

Le Docteur Grégoire Deroide, spécialisé en chirurgie générale, digestive et endocrinienne, ouvre la voie d’une nouvelle ère dans le traitement chirurgical de la thyroïde par voie transorale, en France. Premier à pratiquer, sur notre territoire, cette technique importée de Thaïlande, où il s’est formé auprès du Dr Angkoon Anuwong du Police General Hospital de Bangkok, ses 23 premières opérations depuis le mois de mars s’avèrent très concluantes comme il peut en témoigner ici :

« Alors que les techniques axillaires engendraient nombre de complications telles que le coût de l’utilisation d’un robot chirurgical, la difficulté d’aborder l’accès opposé au côté homolatéral traité ou une courbe d’apprentissage trop longue, la TOETVA présente des avantages avérés. Économiquement abordable, elle nécessite des instruments classiques de chirurgie endoscopique, permet d’opérer par voie endobuccale le côté droit de la même façon que le côté gauche grâce à l’abord vertical et n’induit pas de décollement cutané douloureux provoqué par la technique axillaire. Offrant au chirurgien une parfaite visibilité, cette méthode précise assure également la préservation des glandes parathyroïdes (régulant les taux de calcium et de phosphore dans le sang) et des nerfs adjacents. »   

Si les chirurgiens en mesurent les bénéfices tant en termes de coûts opératoires modérés que de résultats gratifiants, les premiers patients peuvent déjà témoigner de leur satisfaction. Non seulement le temps de récupération est assez court mais de surcroît aucune trace disgracieuse n’est à déplorer esthétiquement contrairement à la cicatrice cervicale horizontale. Avec 1000 cas traités à Bangkok, 200 au John Hopkins Hospital de Baltimore, on peut estimer qu’à moyen terme 50 % des thyroïdectomies par TOETVA bénéficieront aux patients souffrant de maladies thyroïdiennes bénignes, de maladie de Basedow limitée à 10 cm et de carcinome avec nodules de 1 à 2 cm. Gageons sur l’expansion de chirurgiens formés à cette méthode.

Source : ramsaygds.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *