Un si Gentil Garçon, vraiment ?

J'ai découvert grâce à Tribune de Lyon le travail du Gentil Garçon.

Le Gentil Garçon est un artiste énigmatique Lyonnais. En 98. Le personnage, hein ? Pas celui.  Son identité, vous ne la connaitrez pas. Le garçon se camoufle. C'est son côté Daft Punk ou R2D2, au choix.

Son travail est vraiment intéressant, et je ne peux que vous inviter à faire un tour sur son site internet, où il expose largement ses œuvres. Personnellement, j'aime particulièrement son évocation de l'Homme invisible.

Mais vous aurez certainement vos préférences propres parmi ses Sculptures, Installations, Architectures, Vidéos, Sons, Images, Dessins et Peintures.

Au rayon de ses Performances, il en est une qui ne peut que retenir votre attention : Take the Painting and Run (2006). (vidéo)

Cent-trente six copies du Cri de Munch, peintes de mémoire par Le Gentil Garçon sur des panneaux de bois récupérés. Tous de formats différents, peints à la chaîne. Le Gentil Garçon considère ces tableaux comme une marchandise, de la viande hachée en barquette, étiquetés au verso avec un numéro de série, une date de fabrication et leur poids ; ils sont signés du nom de Munch à l’aide d’un tampon taillé dans une gomme. L'exposition destinée à être volée par son public fut un succès. En quinze jours, plus de cent tableaux furent dérobés malgré l’alarme assourdissante installée. Ce n'est que beaucoup plus tard que certains tableaux réapparurent sur le marché aux puces de Genève – peut-être s’agissait-il de copies.

Take the Painting and Run

 

 

 

 

 

 

On peut penser que le Garçon est drôle, mais finalement pas tant que cela. En atteste cette citation mise en exergue par Tribune de Lyon dans son sommaire du numéro 738 :

Puisque je vous parle de Tribune de Lyon, je conclus avec un extrait de l'article qui lui est consacré et fait part de son actualité.

"Pour le parking LPA d’Antonin-Poncet (à Lyon, NDLR), le Gentil Garçon a imaginé un cabinet de curiosités inspiré des collections permanentes de six musées lyonnais. Dans l’entrée, on trouve les silhouettes en négatif coloré des objets, comme s’ils avaient disparu, alors que dans les étages ils s’assemblent pour former des personnages mythiques, comme un centaure.

« Chaque couleur est associée à un musée. L’idée est d’inviter le public à les retrouver dans leurs collections, comme un jeu de piste géant ». Mais ce n’est pas la seule œuvre du Gentil Garçon que vous pourrez croiser à Lyon. L’artiste en a déjà réalisé trois pour les Rives de Saône, toutes ludiques et poétiques et qui prouvent que l’art ne prend pas forcément le public de haut."

Curiosités. Au parking LPA Antonin-Poncet, Lyon 2e

_______________________________

http://legentilgarcon.com

Page Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *