Eurêka ? Le meilleur est à venir.

Formé dans une école de cinéma à Lyon, Eurêka se rêve d’abord scénariste pour le grand écran et la bande dessinée, et décroche en 2006 le 3e Prix du Scénario au Festival de la BD d’Angoulême, dans la catégorie «Jeunes Espoirs», pour son récit «Fin de moi(s)», illustré par Emilie Vallorge.

Eurêka manie d’ailleurs sa plume comme une caméra : en débutant chacun de ses textes par une accroche percutante, puis en déroulant le fil de son intrigue grâce à un perfectionnisme palpable en matière de métrique et de rimes, il mène sans peine son public jusqu’à la surprise de la révélation finale, tout en ayant pris soin de distiller en cours de route quelques indices, particulièrement savoureux à la deuxième écoute. Le  concept  du  «twist» (ou «retournement de situation final» en français), Eurêka l’applique au slam.

Derrière l’effet de surprise, il y a le message, celui qui veut toucher au cœur. Si Eurêka choisit de n’aborder dans ses textes que des thèmes universels que d'aucuns pourraient qualifier de "bateaux" (la mort, l’amour, le sens de la vie, la foi), c’est surtout "pour donner à chacun la possibilité d’être ému, voire retourné  par le contenu des morceaux". Et au final, les textes d’Eurêka touchent un public large et familial, bien au-delà de la sphère traditionnelle des amateurs de slam. À chaque concert, des mamans, des enfants, des seniors, des hommes d’affaires, des amateurs de rock ou d’opéra remplissent les salles qui le programment, séduits par sa clarté, son élégance et son humour.

C'est en 2015 qu'il s'est lancé. ll remporte le Tremplin TCL 2016, le Prix Paroles et Musique 2017, le Concours Incroyablement Lyon (dérivé de l’émission d’M6) 2017. Il est ensuite propulsé tête d’affiche de la Fête de la Musique par la Ville de Lyon qui lui offre de se produire sur sa scène la plus prestigieuse : l’esplanade de l’Hôtel de Ville. En 2018, il gagne le Tremplin Ninkasi / Radio Scoop et décroche ainsi trois dates dans la célèbre salle lyonnaise. Il remplit le mythique Transbordeur à la fin de l’année 2019. Son premier album autoproduit Le Meilleur pour la Fin se vend à près de 3000 exemplaires en quelques mois, puis à 2000 exemplaires supplémentaires dans sa réédition collector, sans aucun réseau de distribution.

Son ambition est de se faire connaître à l’échelle nationale et conquérir l’ensemble des pays francophones grâce à ses rebondissements finaux percutants.

Dernier fait d'armes ? Le diocèse de Lyon lui a demandé de composer une chanson à l'occasion de l'année Saint Irénée. « Le but n’était pas de faire un clip pour les cathos mais de faire découvrir saint Irénée au plus grand nombre, montrer qu’il est inspirant même si l’on n’est pas de confession chrétienne », explique cet ancien journaliste à RCF, qui cite pour exemple « le côté missionnaire » du personnage et l’idée de reconversion. Un cheminement, dit-il au Progrès, en accord avec sa pratique du slam : « Poser de la poésie sur une boucle instrumentale, aborder des thèmes moins clivants que d’autres pour que les textes soient universels.»

www.eureka-officiel.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *