Le son du jour : The Beatles

Le son du jour, en ce lundi, c'est celui de Tilda & Dad.

Tilda & Dad, je vous en ai parlé à de nombreuses reprises sur L'Ambidextre. On a d'abord suivi leur échauffement sur des bonnes petites reprises. Et puis pendant sept semaines, on s'est laissé emporter dimanche soir après dimanche soir dans la vaste étendue de leurs chants. Avec une rose chaque semaine, ils nous ont laissé découvrir le bouquet qu'ils nous avaient concocté. Si vous ne connaissez pas encore, je ne peux que vous inviter à faire un tour sur leur chaine Youtube où vous retrouverez les sept boules de leur album cristallin, Forever Bees. Vous nous direz alors laquelle est votre préférée ?

Mais laissons-les donc aujourd'hui nous expliquer leur choix pour le Son du jour.

 

" THE BEATLES – She’s leaving home
 
Nous avons cherché un « son » qui fasse le lien entre le père et la fille.
Un groupe transgénérationnel qui inspire autant Tilda que Dad.
Très vite ce fut l’évidence… les 4 garçons dans le vent qui souffle de Liverpool ! 
Une chanson qui met en scène des parents et le départ de leur fille…
 

Mercredi matin, à cinq heures, la vie d’une famille britannique prend un tournant aussi triste qu’inattendu. 
C’est bien une histoire vraie, lue dans le journal, qui inspire Paul McCartney pour écrire cette chanson. Une jeune adolescente quitte son foyer, ne laissant à ses parents que quelques lignes sur un bout de papier. 

C’est sans doute l’envie d’étoffer cette lettre sommaire qui motive notre choix d’écrire au sujet de ce morceau (moins connu s’il est possible) des Beatles.



Pas de guitare, pas de basse, ni de batterie dans ce titre émouvant. Les instruments Rock s’effacent au profit d’une harpe, de violons et de violoncelles. La puissance de ce morceau réside dans cet étonnant contraste entre cette douce mélodie et cette histoire tragique. 



L’originalité de ce titre tient également à sa structure. D’après l’idée originelle de Paul McCartney, les couplets relatent les faits du point de vue de l’adolescente. Cependant, c’est à John Lennon que l’on doit cette autre dimension dans les refrains, lorsqu’il prête sa voix aux parents de la jeune fille, faisant ainsi résonance à leur profond désarroi. 



Il nous faut attendre la fin de la chanson pour comprendre la première motivation de la fugue, à l’âge où le cœur encore neuf palpite à la moindre oscillation : l’amour bien sûr.
"

Enjoy.

 

Wednesday morning at five o'clock

As the day begins

Silently closing her bedroom door

Leaving the note that she hoped would say more

She goes downstairs to the kitchen

Clutching her handkerchief

Quietly turning the backdoor key

Stepping outside, she is free
She (we gave her most of our lives)

Is leaving (sacrificed most of our lives)

Home (we gave her everything money could buy)

She's leaving home, after living alone, for so many years (bye bye)
Father snores as his wife gets into her dressing gown

Picks up the letter that's lying there

Standing alone at the top of the stairs

She breaks down and cries to her husband

"Daddy, our baby's gone.

"Why would she treat us so thoughtlessly?

How could she do this to me?"
She (we never thought of ourselves)

Is leaving (never a thought for ourselves)

Home (we struggled hard all our lives to get by)

She's leaving home, after living alone, for so many years
Friday morning, at nine o'clock

She is far away

Waiting to keep the appointment she made

Meeting a man from the Motortrade
She (what did we do that was wrong)

Is Having (we didn't know it was wrong)

Fun (fun is the one thing that money can't buy)
Something inside, that was always denied, for so many years

She's leaving home, bye, bye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *