Le son du jour : John Coltrane

Le son du jour, c'est celui de Henrik Rehr.

Henrik Rehr est né au Danemark en 1964 et vit aujourd’hui à New-York. Son premier livre, Drømmen om langskibene a été publié en 1987 ; il a depuis publié plus de 20 albums. De 1989 à 2006, il a dessiné le comics-strip Ferd’nand, puis créé son propre strip quotidien, Sandslotte, entre 2001 et 2003. Il a également collaboré à deux autres séries, Rasmus Klump (Petzi ) et Beetle Bailey.

En 2003, il publie Mardi 11 Septembre en France (éditions Vents d’Ouest). En 2014, parait Gavrilo Princip, L'homme qui changea le siècle, édité chez Futuropolis.

La publication de Leon et Sofia Tolstoi, écrit par Chantal Van den Heuvel, est prévue pour le 3 juin 2020, toujours chez Futuropolis. Avec l'aimable autorisation d'Henrik Rehr et celle des éditions Futuropolis, que nous tenons à remercier vivement, nous pubions ci-contre en exclusivité la couverture de cet album à venir. Quelque chose me dit que nous en reparlerons…

 

Mais laissons notre hôte nous expliquer les raisons de son choix musical (Merci à Faustine A. pour sa traduction) :

" Dans le milieu des années 90, je venais juste d’emménager à New York depuis Toronto, et ma femme et moi vivions dans un petit appartement à Broadway dans l’Upper West Side de Manhattan.

J’écoutais beaucoup de jazz à cette époque, peut être parce que cela semblait aller de pair avec New York, peut-être parce que le Boulevard Duke Ellington (106th Street West) était juste à un pâté de maison et demi de notre appartement ou encore sûrement parce que j’aimais tout simplement le jazz.

Mon fils aîné venait de naitre et, quand je ne jouais pas avec lui ou que je n’allais pas au Metropolitan Museum of Art avec lui dormant dans sa poussette, j’essayais de développer mon travail.

Je me sentais excité par la scène artistique et l’énergie de la ville et je voulais emmener mon art dans des endroits différents de son ambiance de cartoon.

La musique de John Coltrane était la bande-son parfaite pour ce voyage. Son insistance sur l’atmosphère plutôt que le contenu, et son engagement à libérer complètement les expériences étaient très inspirants. J’adorais sa musique à l’époque, et c'est encore le cas aujourd'hui. « My Favorite Things » me rappelle également le temps où ce merveilleux homme de 23 ans, qui est mon fils, n'était encore qu'un bébé.

"

Enjoy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *