Le son du jour : Adrian Belew

Le son du jour, c'est celui de Manuel Lapert.

Lapert, c'est sûr, on vous le dit, on vous le répète, et d'autres que moi la lui ont faite moultes fois, y en a pas deux. Depuis des années, Man, car c'est sous ce diminutif qu'il signe, croque l'actualité et ceux qui la font. Au sens figuré, mais souvent si bien, que le propre vient à prendre le dessus. Gill, Cabu, Lebon font partie de son panthéon à lui. Une méchante rumeur voudrait d'ailleurs que la lecture de Télé 7 jours, (où Lebon exerça son art) lorsqu'il était encore jeune lui ait inspiré cette carrière de caricaturiste… Il a exercé, fut un temps, ses talents de portraitiste sur le parvis de Beaubourg, avant que Jacques Chirac himself fasse le ménage. Regardez donc si vous n'avez pas quelque part une caricature de votre père ou de votre mère (ou de vous-même) signée de son nom. Allez savoir… Bon, après deux à trois ans à battre le pavé parisien, il a développé ses talents au service de différents canards pas enchainés : Nord Eclair, The European, Punch, et Midi Libre. Midi Libre, où il réjouit aujourd'hui encore ses lecteurs.

Camus par Manu

En 1998, il a collaboré à l'édition du Livre de philo le plus facile du monde (collection Simplissime, chez Hachette), pour lequel il a réalisé 100 caricatures de penseurs/philosophes, d'Alain à Andy Wahrol (qui, contrairement à ce que ma phrase pourrait laisser entendre, n'étaient pas frères), en passant par José Bové ou Albert Camus. Un livre où l'on retrouve aussi les dessins de Faro, que l'on retrouvera vendredi dans le cadre de cette rubrique.

Sur son site, caricatures.fr, en plus évidemment d'une galerie de portraits, Manu va jusqu'à proposer de tailler le vôtre. Vous lui envoyez plusieurs photos et crac ! il vous croque. Juste au sens figuré, cette fois, hein ? Notre Homme est vegan : vous ne risquez donc rien !

Mais je cause, je cause, et j'en oublie de lui laisser le clavier. Le moment est venu pour lui de nous expliquer les raisons de son choix.

"J'ai immédiatement pensé au morceau Lone rhinoceros.

Cette chanson d'Adrian Belew (Zappa, King Crimson) raconte le désespoir d'un rhinocéros seul dans son enclos, qui rêve avec mélancolie de retourner chez lui pour se plonger dans un bain de boue.

Quand je suis optimiste (rarement) j'espère que la crise mondiale que nous vivons actuellement conduira l'humanité à prendre du recul et à considérer la nature avec plus de respect, le monde animal en particulier, qui paie par millions de vies chaque jour la folie consommatrice des hommes. Go vegan !

"

Enjoy.

I'm a lone rhinoceros
There ain't one hell of a lots of us
Left in this world

I stand alone in my concrete cell
Where people stare and toss me Coke cans
I guess it's better than being poached
But I'd give my horn just to see my homeland

I'm a lone rhinoceros
There ain't one hell of a lots of us
Left in this world

They say I am ugly
Call me a beast
I hear them snicker
When I'm half asleep
Is beauty such a big commodity
I always heard it was only so deep

I'm a lone rhinoceros
There ain't one hell of a lots of us
Left in this world

I know the zoos protect my species
They give me food, collect my feces
But I can't help it, I miss the past
I'll never again see my good old mudbath

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *