Le son du jour : Malvina Reynolds

Le son du jour, c'est celui de Fanny Cheval.

Fanny Cheval, vous savez, c'est elle qui dessine ces drôles d'immeubles, de maisons ou paysages un peu biscornus, comme au moment où vous commencez à vous endormir ou à perdre connaissance. Bref quand vous commencez à rêver ou vous évader.

Illustratrice-graphiste, elle est manifestement amoureuse de sa ville de Nantes et de ceux qui ont fait son histoire. Au point de leur consacrer un ouvrage avec le style qui lui est propres, avec ces drôles d'immeubles bringuebalants mais qui tiennent bien la route.

On vous l'a dit sur L'Ambidextre, le prochain, « Légendes – les gens de Nantes », est chez l'imprimeur. L'occasion de "remonter le temps et raconter l’histoire et les gens de Nantes…", comme elle l'écrit elle-même. La sortie était prévue pour début avril. Aux éditions Coop-Breizh. Il faudra encore patienter. On vous tiendra au courant !

Patientons en musique. La voici nous expliquant les raisons de son choix musical.

"Little boxes. Pourquoi ce choix ? Cette chanson évoque de nombreuses choses : l’homogénéité, l’individualité, la perpétuation du cycle de la normalité, son ton est presque celui d’une chanson enfantine et pourtant son message est plutôt grave.

Je l’ai choisie car je suis fascinée par les habitations – toutes, quelques qu’elles soient… Elles expriment ce que sont les gens qui les habitent ou les ont habitées. La culture, le niveau social, le pays, les goûts, l’époque… On sait beaucoup d’une personne dans sa maison. Franchir la porte d’une maison abandonnée, regarder les murs rongés par la moisissure qui se desquament, le carrelage choisi avec soin par une maîtresse de maison partie depuis longtemps, écouter la goutte d’eau qui fait encore battre le pouls d’une vieille bâtisse… Imaginer dans une illustration le lieu où vivent les personnages décrits dans un texte pour commencer à affiner sa personnalité.

En cette période de confinement, je souhaitais parler de nos abris. Penser à ceux qui n’en ont pas, aux caissières et au personnel soignant qui n’y sont pas.

"

Enjoy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *