Le son du jour : Rory Gallagher

Le son du jour, c'est celui de Nicolas Juncker.

Nicolas Juncker, c'est le dessinateur qui ne peut plus partir en vacances ou repérages en Grèce ou en Espagne, à moins que ce ne soit sa compagne qui fasse les réservations à son propre nom. C'est aussi, cet excellent pédagogue qui nous a permis de porter à votre connaissance deux décryptages de planches d'Uderzo, lesquels vous ont manifestement particulièrement plu si j'en crois les retours que j'en ai eus. Normal : ce Sarthois, né à Sablé en 1973, est devenu dessinateur de presse puis professeur de bande dessinée au conservatoire des Arts de Saint-Quentin en Yvelines, après avoir effectué des études d'histoire. Premier album en 2003 chez Treize Etrange : Le Front. En 2005 paraît Malet et en 2008 D’Artagnan, Journal d’un Cadet, puis Immergés en 2009. Plus tard, il publiera, toujours chez le même éditeur, La Vierge et la Putain. Entre temps sont parus 6 tomes de Un Jour sans Jésus. Chez Vents D'ouest. Cette année, Seules à Berlin est paru chez Casterman le 11 mars 2020. Mauvaise pioche. Le confinement interviendra avant que les premières critiques, bonnes, ne sortent. Mais on est en droit de penser que ce n'est que reculer pour mieux sauter. La bd est excellente, tant du point de vue de l'histoire – une amitié entre une Allemande et une Russe à la fin de la Seconde Guerre mondiale – que du dessin. Après l'année du Joker, celle du Juncker ?

Mais laissons-le à présent nous expliquer les raisons de son choix musical.

 

"     Petite séquence nostalgique…

Rory Gallagher.

Et Lou Martin. Et Gerry McAvoy, et Rod De'Ath.

Après les événements de 1971, et encore plus après le Sunday bloody Sunday, plus personne, ni les Stones, ni le Zep, ni Lennon (« Oooh give peace a chance… but juste for Hyde Park » chantaient les irlandais moqueurs), non, plus personne ne mettait les pieds en Irlande du Nord.

Plus aucun musicien.

Sauf un.

Un seul foutu musicien a continué durant ces quelques années, de 71 à 75, à venir jouer tous les ans dans le Ulster Hall de Belfast. Pour Noël. Oui, parfois on entendait les bombes qui tonnaient autour, et pas franchement en mesure, mais lui restait là, avec sa petite chemise écossaise, devant des catholiques et anglicans réunis pour la seule fois de l'année.

Rory Gallagher.

Et quand ils le voyaient changer sa vieille Stratocaster élimée légendaire pour une mandoline, ils savaient que le moment était arrivé… le moment où il leur chanterait enfin Going to my Hometown now.

J'ai toujours pris le « Sorry babe but I can't take you » comme un gifle personnelle.

Je ne serai jamais irlandais, et c'est sans doute très bien comme ça.

 
Mais bordel… quelqu'un pourrait-il seulement me dire un jour où est mon hometown à moi ?
"

Enjoy.

 

Going To My Hometown

 

Mama's in the kitchen baking up a pie

Daddy's in the back yard "Get a job son,

You know you ought to try"

 

I packed up my bag, I headed down the road,

I got me a job from Henry Ford

But I made a mistake, I moved much too far

And know I know what the lonesome blues are…

I'm getting lonesome, I'm getting blue

I need someone to talk to

I'm getting lonesome, I'm getting blue,

Let me tell you where I'm going to…

 

Yes I'm going to my hometown

I don't care even if I have to walk

Yes I'm going to my hometown

I don't care even if I have to walk

I gotta move on now baby, I got no more time left to talk

 

Yes I'm going to my hometown,

Sorry but I can't take you..

Yes I'm going to my hometown

Sorry but I can't take you

Only got one ticket ,you know I just can't afford two.

Take me home.

 

The day I left,

You know the rain was pouring down,

The day I left

You know the rain was pouring down

I'm going home again baby,

I believe the sun's gonna come on out

Let's go home, boy, let's go home

 

Yes I'm going to my hometown

You know baby I gotta go

Going to my hometown

You know I just have to go.

I really love you woman

I'll see you in a year, maybe no, maybe yes.

 

Going to my hometown

I'm going to my hometown

Going to my hometown,

Going to my hometown

Going to my hometown

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *