Le son du jour : Kate Bush

Le son du jour, c'est celui de Lorraine Suty.

Lorraine Suty, on vous en a déjà un peu parlé sur L'Ambidextre, dans le cadre du dessin du jour. Illustratrice diplômée des Arts Décoratifs de Strasbourg (HEAR), elle s'est spécialisée dans l'univers jeunesse, mais réalise également des cartes/illustrations personnalisées et contribue à des projets pédagogiques scolaires. Elle s'est créée un univers très personnel, qu'illustrent bien, c'est le cas de le dire, son site internet et son compte Instagram. L'imaginaire y a très clairement pris le pouvoir, ses créatures semblant plus pacifiques aujourd'hui qu'il y a quelques années. À L'Ambidextre, on aime particulièrement son personnage de Zébulon,  le petit zèbre au milieu des chevaux. Avec une réflexion intelligente (enfin) sur la notion de différence, à découvrir ici, en bas à droite. Bref, on ne peut espérer qu'une chose : qu'un jour, ce personnage coloré rejoigne les rayons livres jeunesse de nos librairies. Affaire à suivre. Il et elle le méritent assurément.

Mais laissons à présent Lorraine Suty nous expliquer les motifs de son choix.

"

J’ai choisi ce morceau car il est lié à des souvenirs d’enfance, ce qui est au cœur de mon travail.

Mes parents écoutaient souvent l’album « Hounds of love » de Kate Bush durant nos longs trajets en voiture sur la route des vacances, et peu sont les moments que j’aimais autant. Me plonger dans ces paysages défilant à toute allure, comme si j’y courais. Je demandais souvent à ma mère de mettre « pin-pon », cette fameuse chanson dont j’ignorais le titre tout comme l’interprète, mais mon attention était fixée sur la galopante instrumentale et ce « pin-pon » résonnant en arrière-plan.
J’ai compris récemment qu’il y avait un point commun entre les œuvres artistiques qui me tenaient à cœur, de Jaune-rouge-bleu de Kandinsky, aux films de Miyazaki, ou encore à « Running up that hill » : la notion de grands espaces. Des plaines dégagées sans clôtures où l’on s’élance, une liberté infinie où les faux pas n’existent pas… La possibilité de respirer profondément pour l’enfant angoissée que j’étais.

Mais aussi, à l’inverse, un immense vide, qui fait se sentir tout petit, vulnérable. Comme un enfant.

"

Enjoy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *