Le son du jour : Little Hurricane

Le son du jour, c'est celui de Nicolas Vitas.

Nicolas Vitas, outre ses activités dans le domaine musical, évoquées précédemment sur L'Ambidextre (cf. notre article Les vies de Vitas de Paul Herfray),  a poussé plus loin son goût pour le texte en 2019. Il a publié Céphalées en décembre dernier, aux éditions Le Réalgar. Il y retrace avec un humour certain et une franche lucidité son parcours qui le conduira à l’hôpital puis à la convalescence. Paroles et gestes, humains, univers médical sont autant de prétextes à réflexion pour le pousser à la reconstruction mentale.

Florilège :

  • "Vous allez rester couché, j’ai un pistolet. John Wayne n’aurait jamais remplacé pistolet par urinal."
  • "Il me semble connaître tout le monde. Le public s’entasse. J’ai toujours eu du mal à reconnaître les visages et me souvenir des prénoms. Maintenant j’ai une excuse. "
  • "L'irrigation de ma tête impose que je reste allongé, la protection de mes poumons que l'on me redresse pour éviter la fausse route : le dossier de mon lit dessine un angle scientifiquement établi à quarante-cinq degrés. "
  • "Cholestérol. J’écrirai sur la nappe d’un festin, en lettres de jus de poulet, tout le mal que tu m’as fait."
  • "Je suis moins sensible au toucher du côté droit, à la température du côté gauche ; un cas d’école pour les poignées d’étudiants qui se succèdent autour de mon lit. Spectateur du débat dont je suis le sujet, je deviens prétexte à ritournelle universitaire. Je suggère un cours de vulgarisation scientifique pour information au patient. "

Mais laissons-le donc nous expliquer à présent les raisons de son choix musical.

"        Depuis 2011, un van sillonne les routes états-uniennes, écume les festivals pour enregistrer des groupes en direct dans son studio mobile. Les duos et trios sont à leur aise dans son intérieur cosy, les groupes plus nombreux se serrent comme ils peuvent dans cet espace limité, offrant des versions alternatives, souvent épurés, de leurs chansons. Trois titres filmés, mp3 souvent en téléchargement libre sur le site : le concept est simple et efficace. Jam In The Van est ma principale source de découvertes musicales depuis quelques années.

La session de Little Hurricane, en marge de leur passage au festival South by SouthWest (Austin, Texas) en 2014 m’a marqué à la première écoute ; notamment "Bones".

Je ne suis pas fan des duos guitare/batterie. Une guitare peut se suffire à elle_même ; l’ajout d’une batterie amène un déséquilibre qui appelle la basse. Ici, un octaver sur la guitare demi-caisse d’Anthony Catalano compense ce manque : seules les notes graves jouées au pouce sont doublées à l’octave inférieure. Cette ligne de basse réduite à l’essentiel est complétée par des accords et riffs (à l’index et majeur de la main droite) au son saturé et chaleureux.

Celeste Spina a une approche de la batterie qui peut paraître sommaire et sans nuance. Ses mouvements de marionnette apportent un son tendu (dont la frappe énergique m’a immédiatement fait penser aux prises que Steevie Wonder effectuait lui-même). Il suffit d’écouter la variation rythmique à 1’54 pour se rendre compte qu’elle est d’une précision chirurgicale.

La cohésion du duo est parfaite, la voix de "Tone" Catalano sert le propos ; cette analyse rapide et tentative de vulgarisation technique sont inutiles, le principal est là : l’émotion passe, le reste n’est que bavardage.

J’aurais pu analyser le texte mais je ne vais quand même pas faire tout le boulot. Le voici ci-dessous, pour ceux qui s’y attachent (ils ont bien raison).

Hope is lost without you here
What with bones is out of here
You are always on my mind
I pull you so close if you can find the time
If the sun stays on the other side
We'll be fine, yeah
Hope is lost and another day's gone
Please come back, you won't be here for long
My heart, may race for you, look at all our hats
I don't have you by my side
We'll be fine, yeah, we'll be just fine
Hope is lost and the sun disappears
It's all we have, it's time we
Givin' me hope, you're my best friend
I'm giving you a home, here stay till the end
We say our last goodbye
We'll be fine, yeah, we'll be just fine

"

Enjoy.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *