Le son du jour : Joseph Kosma (Jacques Prévert)

Le son du jour, c'est celui d'Oriana Villalon.

Scénographe de formation, ses illustrations mêlent mise en scène et graphisme. Orania Villalon est architecte d'intérieur, après avoir suivi ses études à l'IDAE (Institut de Design et d'Aménagement d'Espaces). Elle exerce à ce jour la profession de designer 3D et chargée d'études dans une entreprise d'agencement en région bordelaise. En parallèle, elle a publié à ce jour deux livres chez Épilobe éditions, le troisième ne demandant qu'à sortir le bout de sa truffe. Encore faudrait-il que le monde de l'édition retombe sur ses pattes après cette quarantaine.

Une quarantaine que cette pas-encore-trentenaire passe avec devinez qui ? Avec son chat ! Quant à nous, nous attendons précisément la fin du confinement pour faire enfin la connaissance du dit chat, au-delà de quelques dessins sur Facebook ou sur Instagram

Le moment est venu pour elle de nous expliquer les raisons de son choix.

" Chanson du mois de mai n°12 (Boite à musique)

Auteur : Jacques Prevert

Compositeur et interprète : Joseph Kosma

Morceau issu du célèbre film de Paul Grimault et Jacques Prevert : Le Roi et l’Oiseau (1980)

Ce morceau, qui est en fait un « bout » du poème de Jacques Prevert, est un peu ma Madeleine de Proust. Assimilé évidemment à cette scène du film dans laquelle le Roi enclenche son gramophone pour faire s’échapper cette fragile mélodie.

Cette scène et cette musique me fascinent depuis ma plus tendre enfance. Petite, ce morceau m’intriguait. Nous pouvons cerner les sons et notes caractéristiques à une boite à musique, rendant le moment particulièrement fin et sensible. Je ne comprenais pas les métaphores bien entendu, mais je ressentais une émotion très forte à son écoute.

Étant synesthète, je voyais (et vois toujours) les textures, les couleurs et le mouvement des sons, des mots et donc le tableau animé qui se dessinait au fil du morceau. Un tableau me touchant particulièrement et dans lequel je plonge sans retenue.

Depuis que j’ai l’âge de comprendre le texte de manière plus fine, cette chanson me captive d’autant plus. Le tableau s’anime de la même manière, si sensible.

« La vie est une cerise, la mort est un noyau, l’amour un cerisier. »

"

Appréciez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *