La musique dans les jeux vidéos : Life is strange

Stefania Netti est une passionnée de jeux vidéo et d'écriture. Elle écrit des articles pour le site italien "VideogiochItalia" et est l'auteur du roman fantastique "Freyja". Elle travaille actuellement sur son deuxième livre "Soulcity".

A fine articolo potrete trovare la versione Italiana.

_________________________

Une petite pièce, pleine de photos prises avec un polaroid.
Des lanternes en papier, pour réchauffer une âme froide et tourmentée, sur les épaules de laquelle repose la responsabilité de ceux que nous aimons.
Une guitare dont les cordes servent de conduit à la douleur.
Un oreiller froissé, embrassé par des larmes cristallines.

Life is Strange m'a conduit dans le monde de la musique Indie, me faisant tomber éperdument amoureuse. L'intrigue et l'expérience du jeu vidéo correspondent parfaitement à la chanson que j'ai choisie aujourd'hui : une lame dans la poitrine, un enchevêtrement de sensations.
Les expériences de Max Caulfield, Chloé Price, Kate Marsh et Rachel Amber pénètrent le puzzle émotionnel. Toute douleur, tout espoir et toute peur se rejoignent en un seul et unique élément qui reflète le joueur.
Foals est un groupe de rock indépendant anglais, formé en 2005.
Pourquoi cette chanson ?
Elle est née avec une douleur voilée, la voix du chanteur est "sur la pointe des pieds", avec une profonde incertitude et une résignation. Lentement, comme un homme qui traverse une tempête qui essaie de le renverser, la musique continue, forte, décisive, comme une furie. Un ouragan de désespoir et de force, l'homme essayant de crier contre le bruit assourdissant qui tente de l'étouffer.

"Je suis la fureur dans ta tête
Je suis la fureur dans ton lit
Je suis le fantôme à l'arrière de ta tête "

 

Alors Max Caulfied traverse sa tempête, essayant de sauver ceux qu'elle aime, se jetant dans l’espace-temps et tournoyant comme une toupie qui ne peut absolument pas s’arrêter de tourner.
Mais cependant quand elle arrive enfin à s’arrêter, le souffle coupé et le cœur haletant, une seule question se pose alors : pourquoi moi ? Est-ce vraiment juste ? Vais-je arriver à le faire ?
La chanson donne de la force, avec une forme d'injonction : "Combats, tu peux le faire, peu importe la fin", mais parfois on se demande simplement si cela en vaut vraiment la peine. Me jeter dans un tourbillon si violent et imprévisible, est-ce vraiment ce que je dois faire ?
Que serait-il arrivé si Max était restée dans sa petite chambre, assise sur le lit à jouer de la guitare ?
Que se serait-il passé si elle n'avait pas rencontré certaines personnes ?
Personne ne le saura jamais, mais chacun de nous vit une lutte intérieure, pleine de difficultés et de souffrances indescriptibles. Cette chanson agit comme un caméléon, embrasse chaque sentiment en s’y joignant, en caressant le cœur de celui qui l’écoute.

Quand j'ai fini l'expérience du jeu vidéo, cette mélodie m'a servi de compagne, ce qui m'a amené à réfléchir sur toute l'intrigue du jeu.
Qu'aurais-je fait si j'avais été Max ? Qui sauverais-je ?
Il y a probablement quelqu'un là-bas pour qui nous donnerions notre vie et marcherions de toutes nos forces dans cette tempête angoissante.
Comme une fureur. La fureur dans votre esprit.

 

 

____________________________

Ecco la versione italiana dell'articolo.

LA MUSICA NEI VIDEOGIOCHI :

LIFE IS STRANGE

 

 

Una stanza piccola, pregna di foto scattate con una polaroid.

Lanterne di carta, per scaldare un freddo animo tormentato, sulle cui spalle grava la responsabilità di chi amiamo.

Una chitarra, le cui corde fungono da canalina per il dolore.

Un cuscino sgualcito, baciato dalle lacrime cristalline.

Life is Strange mi ha condotta nel mondo del genere musicale Indie, facendomene innamorare perdutamente. La trama e l’esperienza videoludica combaciano perfettamente con la canzone che ho scelto oggi: una lama al petto, un groviglio di sensazioni.

Nel puzzle emotivo permeano le esperienze di Max Caulfield, Chloe Price, Kate Marsh e Rachel Amber.

Ogni dolore, speranza, paura, si fondono in un unico elemento che riflette il giocatore.

I Foals sono un gruppo indie rock inglese, formatosi nel 2005.

Perché questa canzone?

Essa nasce con velato dolore, la voce del cantante è in punta di piedi, con profonda incertezza e rassegnazione. Lentamente, come un uomo che attraversa una tempesta e cerca di scaraventarlo via, la musica incalza, forte, decisa, come una furia. Un uragano di disperazione e forza, cercando di gridare contro il rumore assordante che cerca di soffocarlo.

 

“I'm the fury in your head
I'm the fury in your bed
I'm the ghost in the back of your head”

 

Così Max Caulfied attraversa la sua tempesta, cercando di salvare chi ama, cercando di portarla in salvo, lanciandosi nello spaziotempo e scaraventandosi come una trottola che non può assolutamente smettere di girare.

Quando capita di fermarsi, tuttavia, col fiato mozzato e il cuore a mille, ci poniamo un’unica domanda: perché io? È davvero giusto così? Posso farcela?

La canzone infonde forza, una sorta di “lotta, puoi farcela, non importa il finale”, ma a volte ci chiediamo solo se ne valga davvero la pena.

Gettarmi in un vortice così violento e imprevedibile è davvero ciò che devo fare?

Cosa sarebbe successo se Max fosse rimasta nella sua piccola stanza, seduta sul letto a suonare la chitarra?

Cosa sarebbe successo se non avesse conosciuto determinate persone?

Nessuno lo saprà mai, ma ognuno di noi vive una lotta interiore, colma di difficoltà e sofferenze indescrivibili. Questa canzone funge da camaleonte, abbraccia ogni sensazione unendosi ad essa, carezzando il cuore di chi la ascolta.

Quando terminai l’esperienza videoludica questa melodia mi fece da compagna, portandomi a riflettere sull’intera trama del gioco.

Cosa avrei fatto, io, se fossi stata Max? Chi avrei salvato?

Probabilmente lì fuori c’è qualcuno per cui daremmo la vita, e cammineremmo in quella tempesta angosciante con tutte le forze in corpo.

Come una furia. La furia nella tua mente.

 

 

_____________

Stefania Netti è un’appassionata di videogiochi e scrittura. Ella scrive articoli per il sito italiano “VideogiochItalia” ed è autrice del romanzo Fantasy “Freyja”. Attualmente sta lavorando al suo secondo libro “Soulcity”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *