Shade. : l’interview

Shade. est né à Lyon (France). Il vient d’avoir 19 ans et passe son bac Technologique cette année.
Il a commencé la musique grâce à son père qui était lui aussi musicien et passionné. C'est lui qui lui a fait écouter et découvrir énormément de styles différents dès son plus jeune âge. Aujourd'hui, il en est certain, cette variété a beaucoup influencé sa musique.
L'Ambidextre vous a déjà parlé de Shade. ici et , mais nous avons eu envie d'en savoir un peu plus sur lui.
C'est pourquoi nous lui avons posé quelques questions. Il s'est prêté gentiment à l'exercice.
 
Propos recueillis par Bernard Joustrate.

 

Peux-tu nous parler un peu de toi ? Quelle est l'origine de ton nom, SHADE. ?
Pour mon nom de scène j’ai toujours voulu avoir un nom qui se rapprochais du mien. L’orthographe de mon prénom, Chad, devait s’écrire à ma naissance « Shade ». Mais mes parents ont préféré changer car « ça faisait trop fille ». Et puis quand j’ai commencé à me publier sur les réseaux, j’avais un peu cette pudeur de me montrer devant les autres, et « Shade. » en anglais signifie ombre. J’ai donc trouvé le nom parfait pour m’accompagner dans ma carrière.

As-tu suivi une formation musicale particulière ?
Oui, je suis tout d’abord musicien avant d’être chanteur. J’ai commencé la batterie à 6 ans, là j’ai pris 5 ou 6 années d’apprentissage et après j’en ai fait de mon côté pour laisser place à l’improvisation. À 13 ans, j’ai ensuite commencé la guitare, ce qui m’a conduit très rapidement à jouer de la basse. Et puis c’est lorsque j’ai compris que l’on pouvait composer derrière son ordinateur que j’ai commencé le piano.

Est-ce toi qui signes tes textes ? Quelles sont tes sources principales d'inspiration ?
J’ai la particularité de composer mes chansons de A à Z, ce qui me force à tendre l’oreille sur tout ce qui se fait de nos jours. Le rap français se développe de plus en plus, on peut donc proposer différents styles et se démarquer plus facilement des autres. Je trouve ça super inspirant.

Tes clips-vidéo semblent particulièrement travaillés. Qui les réalise ? Participes-tu à leur conception ?
Mon niveau ne me permet pas de faire réaliser mes clips par d’autres personnes que moi. Mes clips actuels sont filmés et montés par des amis et par moi-même. J’aime participer à la conception de mes projets, pour avoir un œil sur tout.

Venons-en à ta chanson « Ma came ». C'est quoi, ta « came » ?
J’ai composé et écrit cette chanson en essayant de viser un sujet assez large. Chacun a ses propres addictions dans différents domaines. Pour ma part, « ma came » c’est la musique.

Y a-t-il une de tes chansons qui te semble plus aboutie ? La dernière ou pas forcément ?
J’essaie de faire mieux à chaque morceau, il est essentiel pour moi de toujours se surpasser dans ce qu’on aime. Ma dernière chanson est forcément plus aboutie que les autres, car je suis à un stade où j’apprends beaucoup, j’ai énormément de choses à prouver pour pouvoir me faire ne serait-ce qu’une petite place dans la musique. Donc je pense que j’apporterai toujours quelque chose de supplémentaire à chaque nouveau morceau.

T'es-tu déjà produit sur scène ? À quelle occasion ? As-tu des projets dans ce sens, malgré le contexte actuel un peu particulier ?
Je me suis déjà produit sur scène mais très peu, j’ai fait quelques open mic. C’est d’ailleurs l’un de mes objectifs pour cette année, de faire assez de morceaux pour les produire en concert afin d’atteindre la curiosité des personnes qui seront susceptibles d’aimer ce que je fais.

J'ai évoqué le confinement, comment l'as-tu vécu ? Est-ce que cela a été pour toi l'occasion de plus composer ou pas spécialement ?
Au début, j’avoue que cela était très compliqué de s’inspirer, sachant que je suis habitué à observer le monde qui nous entoure pour pouvoir écrire et composer. Mais avec le temps j’ai fini par m’adapter et j’ai repris un rythme normal sur mon travail. Et oui j’ai produit beaucoup de morceaux que je sortirai au fil de l’année…

Que retiens-tu de cette période ? Aura-t-elle changé ta façon de voir notre société ? De quelle façon ?
Évidemment que ça change, nous vivons quand même une période historique : ce n’est pas à prendre à la légère. J’ai pu observer que chacun réagissait à sa manière, ce qui amène parfois à des réactions étranges, par manque de conscience et de responsabilité. D’ailleurs, c’est quelque chose qui m’a quand même bien inspiré pendant cette période de confinement.

Une dernière question : quels sont tes projets ?
J’ai énormément de projets. Faire toujours plus de morceaux et de freestyle pour apprendre encore et encore, je n’en suis qu’au début. Mais mon objectif principal est que mon travail soit le mieux récompensé possible en me faisant une place dans le milieu de la musique.

 

Ci-dessous, nous vous proposons de découvrir (ou redécouvrir) son dernier morceau, Pour t'oublier.

 

 

Shade. sur Youtube et sur Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *