Les Intrépides : entretien avec Bérengère Orieux

À l'occasion de la sortie demain, vendredi 26 juin, des Intrépides d'Andrea Campanella et Anthony Mazza, nous avons interrogé Bérengère Orieux, la fondatrice des éditions Ici-Même qui publient l'ouvrage.

Propos recueillis par Xavier Arnaud

© Photo : Thomas Chéné

Bonjour Bérengère, pouvez-vous vous présenter vous-même personnellement aux lecteurs de L'Ambidextre ?

Éditrice de bande dessinée depuis de nombreuses années maintenant, j'ai créé Ici Même en 2012. Une petite maison de plus dans un paysage éditorial déjà bien rempli ! avec l'envie de faire découvrir de jeunes auteurs — jusqu'à présent essentiellement étrangers — au public français.

Comment en êtes-vous arrivée à créer votre propre société d'édition en 2012 ?

Depuis dix années alors, j'étais immergée dans l'édition de romans graphiques issus d'un peu partout — même si la plupart des auteurs avec qui je travaillais étaient issus d'Italie et d'Amérique du Nord. Il m'a semblé naturel de poursuivre ce chemin et creuser ce sillon, mais avec un catalogue qui correspondrait cette fois à mes seuls goûts et envies.

 

Parlons des Intrépides. Comment est né ce projet de reprise de Senza Paura ?

Mes échanges avec l'édition transalpine m'ont amenée à découvrir Senza Paura, publié en Italie par Oblomov Edizioni. Une première BD pour Andrea Campanella et Anthony Mazza, qui m'a enthousiasmée par sa fraîcheur. La belle simplicité de l'histoire de Campanella, généreuse et sensible, m'a semblé parfaitement bien servie par le dessin d'Anthony Mazza, cette ligne claire simple et belle, elle aussi.

Comment s'est effectué le travail de traduction pour conserver l'esprit de l'auteur ? Avez-vous déjà publié des romans graphiques italiens ?

Notre traducteur, Laurent Lombard, a été lui aussi séduit par cette histoire, et a — comme a son habitude — beaucoup échangé avec les auteurs pour leur être le plus fidèle possible. En revanche, nous avons fait le choix, difficile, de ne pas conserver le beau titre original, Senza Paura ("sans peur"), car si la référence à la chanson interprétée par Ornella Vanoni est immédiatement évidente pour un Italien, elle passait difficilement la frontière… Un titre italien de plus qui arrive donc au catalogue Ici Même, constitué exactement pour moitié d'auteurs venus d'Italie ! Et qui, je l'espère, aura permis d'importer ou de confirmer nombre de ses talents, à l'instar de Davide Reviati, Marco Galli, Barbara Baldi, Lorena Canottiere…

 

Parlons de vos projets. On imagine que la période de confinement a été difficile à vivre. Comment voyez-vous la fin d'année ?

Cette année 2020, qui nous aura amené à drastiquement réduire, par la force des événements, le nombre de parutions, se terminera aussi sous le signe de l'Italie, avec le nouveau livre d'Elisa Menini, Nippon Yokai, tout aussi fabuleux que son Nippon Folklore qui a rencontré un franc succès l'an passé. Une année particulièrement difficile certes, mais qui nous aura tout de même permis, donc, de continuer notre travail de défricheurs !

 

Page Facebook des éditions Ici-Même

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *