Aujourd’hui, c’est mARTdi ! – Oggi è mARTEdì : Giovanni Antonio Canal (Canaletto)

Aujourd'hui, c'est mARTdi !

Sonia Aloi nous propose chaque semaine un article consacré à l'art. Parallèlement au métier de dessinatrice, elle enseigne l'art et l'image dans les collèges et lycées. Aujourd'hui, elle évoque Giovanni Antonio Canal, plus connu sous le nom Canaletto.

Une spécialisation qui est née au XVIIIe siècle est la "vue" : ce sont des œuvres où les paysages deviennent pour la première fois les véritables protagonistes, auparavant les villes ou la nature ne servaient que de scénarios pour le fait "raconté" par le peintre. La vue devient ainsi un document objectif des lieux et événements historiques, que les clients locaux et les visiteurs étrangers demandent de rapporter chez eux en souvenir du voyage. Rome et Venise en particulier sont les villes qui exercent un attrait extraordinaire pour leur beauté.
Ces images sont également demandées par ceux qui, ne pouvant faire face à un long voyage, veulent connaître, au moins à travers la représentation picturale, des lieux aussi célèbres afin de se nourrir culturellement à travers la peinture.
Ce sont des vues très scrupuleuses et pour obtenir une plus grande similitude avec la réalité, on utilise un appareil connu depuis l'Antiquité : la chambre optique. En faisant passer les rayons de lumière par un petit trou, elle permet de projeter l'image du paysage sur une surface qui est ensuite redressée et focalisée par des lentilles et des miroirs, puis tracée.
Ce sont des notes retravaillées et peintes en atelier, les gribouillages s'appellent Canaletto (que je dois aimer pour cette raison et d'autres encore).
Antonio Canal (Venise 1697 – Venise 1768) a  été surnommé Canaletto après avoir commencé comme décorateur de théâtre. Ennuyé par le théâtre, il est allé à Rome où il a découvert les œuvres de Van Mittel et une fois de retour à Venise, il a commencé à peindre des images de sa ville, obtenant rapidement une grande renommée.
Ses vues ne sont pas des images anonymes reproduites pour les touristes mais le peintre, par les touches qui synthétisent les formes et les hommes, et le léger mouvement ondulatoire de l'eau qui scintille au soleil, les taches de couleur et surtout la lumière, fait ressentir l'atmosphère de la ville, la mobilité des reflets, la continuité de la vie dans ses multiples aspects.
Canaletto fait briller la beauté de sa ville, qu'il s'agisse de lieux célèbres ou non, animés par plus ou moins de personnes, au quotidien ou les jours de fête. Après presque trois siècles, elle apparaît encore à nos yeux.
Ses débuts montrent l'utilisation de gammes de couleurs sombres, appliquées avec un sage jeu de clair-obscur sur une préparation rouge foncé. Par la suite, les peintures présentent une deuxième couche de gris qui, avec le temps, fera place à des nuances de beige et de rose pâle. La palette devient plus claire et les scènes apparaissent immergées dans une atmosphère ensoleillée et cristalline.
J'ai choisi la vue du pont du Rialto pour des raisons strictement personnelles, car je suis très attachée à ce lieu où j'ai vécu pendant une période de ma vie, que je compare volontiers à un rêve merveilleux. Vivre et travailler à Venise est une expérience qui n'a pas d'égale ; on est bercé et aimé par une ville au cœur et à l'âme immenses.
Ce tableau donne une scène enveloppée d'un léger sentiment de mélancolie et de douceur calme.

Sonia Aloi

_____________________________________________

mARTEdì di Sonia Aloi

Sonia Aloi ci offre un articolo dedicato all'arte ogni settimana. Oltre alla professione di designer, insegna arte e immagine nelle scuole medie e superiori.

Antonio Canal detto Canaletto – Il Ponte di Rialto – Olio su rame, cm 45,5 x 62,5

Una specializzazione che nasce nel settecento è la “veduta” si tratta di opere dove i paesaggi diventano per la prima volta i veri protagonisti, precedentemente le città o la natura servivano solo da scenari per il fatto narrato dal pittore. La veduta diventa così un documento oggettivo di luoghi ed eventi storici richiesto dalla committenza locale e dai visitatori stranieri da riportare a casa come ricordo del viaggio. In modo particolare sono Roma e Venezia le città che esercitano una straordinaria attrazione per la loro bellezza.
Queste immagini sono richieste anche da chi non potendo affrontare un lungo viaggio desidera conoscere, almeno attraverso la rappresentazione pittorica, luoghi tanto famosi così si trae nutrimento culturale attraverso i quadri.
Si tratta di vedute molto scrupolose e per ottenere una maggiore similitudine con la realtà ci si serve di un apparecchio conosciuto fin da tempi più antichi: la camera ottica. Facendo passare i raggi di luce attraverso un piccolo foro permette di proiettare l’immagine del paesaggio su una superficie che viene poi raddrizzata e messa a fuoco tramite lenti e specchi e di seguito ricalcata.
Si tratta di appunti successivamente rielaborati e dipinti in studio, scarabocchi li chiama il Canaletto (che mi tocca amare per questo e altri svariati motivi).
Antonio Canal (Venezia 1697- Venezia 1768) detto il Canaletto dopo aver iniziato come scenografo teatrale, annoiato dal teatro si reca a Roma dove conosce le opere di Van Mittel e una volta tornato a Venezia inizia a dipingere immagini della sua città raggiungendo velocemente grande fama.
Le sue vedute non sono immagini anonime riprodotte ad uso dei turisti ma il pittore attraverso i tocchi che sintetizzano le forme e gli uomini e il lieve moto ondoso delle acque scintillanti al sole, le macchie di colore e soprattutto la luce, rende il valore atmosferico della città , la mobilità dei riflessi, la continuità della vita nei suoi molteplici aspetti.
Canaletto rende la bellezza splendente della sua città che siano luoghi celebri o no, animati da poche o da molte persone, in momenti qualsiasi o in giornate di festa, così come dopo quasi 3 secoli appare ancora ai nostri occhi.
I suoi esordi mostrano l’utilizzo di gamme cromatiche scure, applicate con un sapiente gioco di chiaroscuri sopra una preparazione di color rosso scuro. Successivamente i quadri presentano un secondo strato di grigio che nel corso del tempo lascerà il posto ai toni del beige e del rosa pallido. La tavolozza si schiarisce e le scene appaiono immerse in un’atmosfera solare e cristallina.
Ho scelto la veduta del Ponte di Rialto per motivi strettamente personali in quanto sono molto legata a questo luogo dove ho vissuto per un periodo della mia vita che paragono più a un meraviglioso sogno. Vivere e lavorare a Venezia è un’esperienza che non ha eguali, si viene cullati e amati da una città dal cuore e anima immensi.
Questo dipinto regala una scena avvolta da un lieve senso di malinconia e di pacata dolcezza.

___________________________________

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager !

Vi è piaciuto questo articolo? Sentitevi liberi di condividerlo!

 

⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *